Home ACTUALITES Célébration de la 4e Journée internationale du sport au service du développement...

Célébration de la 4e Journée internationale du sport au service du développement et de la paix

97
0
SHARE

Le Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix (PAYNCOP), avec le soutien du Bureau de l’UNESCO vient de célébrer à Libreville la quatrième édition de la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix.

L’évènement, qui a eu lieu le 06 avril dans les locaux de la représentation de l’UNESCO, a porté sur la sensibilisation d’une quarantaine de jeunes aux valeurs du sport par le biais de la projection d’un film, « L’incroyable équipe », qui relate l’introduction du football en Allemagne à la fin du XIXème en montrant, entre autres, comment le sport peut être un moyen de fraternisation, au-delà des classes sociales, et de rapprochement de cultures et des peuples.

Proclamée le 06 avril par la Résolution 67/296 de l’Assemblée générale des Nations Unies adoptée le 23 août 2013, la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix a vocation à mettre en exergue, au sein de chacun des Etats membres de l’ONU, l’apport du sport au développement et à la promotion de la paix.

Célébrée pour la première fois au Gabon, cette Journée internationale du sport au service du développement et de la paix a été l’occasion pour Monsieur Max-Axel Bounda Moussavou, Secrétaire permanent du PAYNCOP de souligner que la pratique du sport est, en effet, un bon moyen pour promouvoir la paix. « Car de par sa dimension universelle, le sport transcende les frontières et les cultures. Il apporte une contribution pacifique par le rapprochement des populations. Son incroyable résilience permet aux règles sportives de subsister quand le savoir-vivre en société s’efface ou échoue ; quand la guerre divise, le sport réconcilie », a-t-il soutenu.

Intervenant à la suite de cette première allocution, Monsieur Vincenzo Fazzino, Représentant et Chef de Bureau de l’UNESCO au Gabon, a indiqué que « quoi que ce n’est pas spontanément au sport que nous pensons lorsqu’il est question de développer un pays, dans la mesure où le sport connote en général une activité gratuite et désintéressée »,  « le sport contribue [cependant] au développement ne serait–ce que parce que l’activité physique qui lui est associé est un bon moyen, pour les individus, les citoyens de prévenir et maîtriser un certain nombre de maladies non transmissibles afin de se maintenir en bonne santé (…) En permettant ainsi à tous de vivre en bonne santé, le sport contribue bel et bien au développement parce qu’il n’y a pas de performance économique possible, dans un pays, avec des ouvriers, des ingénieurs, des enseignants, c’est-à-dire des producteurs en méforme. » Poursuivant son propos, Monsieur Fazzino a déclaré qu’« au-delà du confort et de la santé des individus qui impactent sur le développement, le sport a évidemment également la vertu de contribuer à la forme et à la santé du corps social en créant du lien entre individus par-delà les barrières ethniques, confessionnelles, culturelles, c’est-à-dire en déconstruisant les préjugés. C’est tout le sens de cette sensibilisation aux vertus du sport que le PAYNCOP a prévu par la projection du film « L’incroyable équipe ».

Le mot du Représentant de l’UNESCO au Gabon s’est achevé avec la lecture du message de Madame Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de l’édition 2017 de cette Journée; message dans lequel il a été rappelé, entre autres, que « l’inactivité physique provoque environ 3,2 millions de décès chaque année. C’est la raison pour laquelle l’UNESCO s’est associée à l’Organisation mondiale de la Santé afin de lutter contre les modes de vie sédentaires, en commençant par une éducation physique de qualité inclusive et équitable dans les écoles. » 

C’est au terme de ces deux d’allocutions que les participants ont suivi la projection du film « L’incroyable équipe » ; film dramatique allemand de Sebastian Grobler, sorti en 2011. Inspiré de faits historiques, ce film met en scène un jeune professeur d’anglais, d’origine allemande, recruté par un collège privé pour apprendre la langue de Shakespeare aux élèves. Très vite, il découvre que ses jeunes compatriotes non seulement ne connaissent pas l’Angleterre mais en plus nourrissent de nombreux préjugés et clichés à l’égard de ce pays et de ses habitants. Pour venir à bout de ces préjugés et, en même temps, éveiller l’intérêt des élèves à la langue anglaise, il décide de leur faire découvrir un sport inconnu : le football. Par le bais de cet apprentissage du football, c’est à un véritable apprentissage de l’humanité et de son unicité, au-delà des nationalités, des classes sociales, des cultures, que les élèves vont être initiés en entrainant avec eux leurs parents.

Cette projection, suivie d’une riche discussion sur la portée morale et pédagogique du film, a permis, enfin, aux participants de jeter les jalons de la conception d’une activité commune portée par les jeunes sur le sport et la culture de la paix à réaliser en 2018.

Au nombre de ces participants, il y avait des représentants du Réseau national du Système des Ecoles associées de l’UNESCO, de la Fédération nationale des associations, centres et clubs UNESCO, du Conseil national de la jeunesse, des étudiants de l’université Omar Bongo de Libreville et de la Commission nationale pour l’UNESCO.

 

LEAVE A REPLY