Home ACTUALITES Tribune de Louis Gaston Mayila : PDG, qui a dit PDG ?

Tribune de Louis Gaston Mayila : PDG, qui a dit PDG ?

39
0
SHARE

Depuis un moment,  un temps très remarqué, devant les journalistes, les micros et les caméras, le jeune Guy Christian Mavioga avec un talent qu’il faut lui reconnaître essaye de trouver les mots pour prononcer l’oraison funèbre du PDG ! Quelle débauche d’énergie pour la troisième mort du PDG ! J’étais déjà né lorsque le fondateur du parti démocratique gabonais, Omar Bongo Ondimba a prononcé ces mots : «  le PDG est dissout ! Je dis bien dissout .» C’était la première mort de cette formation politique …La deuxième a été prononcée après la conférence nationale,   quand le PDG a dû assumer la cohabitation avec les autres partis politiques et souffrir la comparaison, puis la compétition avec les. Autres partis.

En 2009 quand Omar Bongo meurt, on célébra la 3e mort du PDG. Un jour viendra où des chercheurs rédigeront des thèses sur les partis uniques, notamment sur le PDG. Il ya et il y aura tant de choses à dire sur le parti-Etat . S’il est conseillé de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, on oublie trop souvent de préciser que c’est l’eau qui a rendu le bébé propre, et si on a donné le bain au bébé, c’est parce qu’on a estimé qu’il en avait besoin ! Mais aujourd’hui il serait conseillé de garder l’eau et le bébé,  car après recyclage toutes les eaux deviennent potables !

Mais mon fils Guy Christian, quand on prononce l’oraison funèbre, on rend hommage au défunt, on lui trouve des mérites mêmes s’il n’en avait pas! Mais où sont passés toutes les figures du PDG triomphant ? Où sont passées toutes les figures du PDG omniprésentes et omnipotentes ? Mais les sigles ont toujours eu longues vies ! Ils rentrent dans l’histoire avant leurs auteurs ! Quand on aura oublié tout le monde, même jusqu’au nom de son fondateur, on parlera encore du PDG. Oui je prends le pari ! Dans le combat entre le moine et l’habit on se garde toujours d’aller trop loin dans la négation du moine pour que l’habit ne perde pas de sa valeur ! L’habit ne fait pas le moine, mais c’est le moine qui porte l’habit ! Arrangeons nous pour que la victoire de l’habit sur le moine ne nous fasse pas perdre de vue qu’on passe plus de temps à former un moine qu’à lui coudre son habit qui fera le moine, et c’est le moine qui porte l’habit et non le contraire ! Faites porter la tenue de général d’armée à un moine, on lui dira bonjour mon général !

Omar Bongo Ondimba le bien nommé disait «  l’habit ne fait pas le moine mais il embellit le physique » BRUMEL n’aurait pas dit le contraire ! Mais est ce que c’est le PDG qui est mauvais, ou les gens qui l’ont animé, façonné, formé et déformé ? O tempora O mores ! Je ne termine pas ! Un discours politique  ne se termine pas, il se poursuit ! Je poursuis pour m’étonner encore d’entendre les gens dire : «  Quarante ans du régime Bongo ».  Juste ciel, mais dans les quarante ans de Bongo au pouvoir, qui n’a pas eu sa part ? Sa part de responsabilité, sa part de gloire même imméritée ? Pierre a mis combien de temps avant de renier Jésus ? Où est donc passé le courage de dire : «  Dans les quarante de pouvoir de Bongo, j’ai ma part ! » Mais ça c’est un autre débat qui va s’ouvrir plus tard.

La tribune de Louis Gaston Mayila

LEAVE A REPLY