Home Politique Mayila devise avec une centaine de ministres de culte sur la Réconciliation...

Mayila devise avec une centaine de ministres de culte sur la Réconciliation nationale

107
0
SHARE
MAYILA

Le président de l’Union pour la nouvelle république (UPNR, opposition), Louis Gaston Mayila, a offert récemment à Libreville un déjeuner-débat à une centaine de ministres de cultes. Au centre des discussions : la Réconciliation nationale.

Le président de l’UPNR est convaincu que la réconciliation nationale est l’unique solution durable à la crise postélectorale née de la présidentielle de 2016. Une panacée également à la situation de blocage multiforme que traverse le pays.

Et depuis le 30 décembre 2017, Maître Mayila caracole les états major des partis politiques, afin de partager sa vision. « Rien n’est au dessus du Gabon. Il faut démolir les murs de la haine et faire triompher l’amour du prochain », a-t-il l’habitude de marteler.

Fin février 2018, le leader politique a rassemblé une centaine d’hommes de Dieu à sa résidence de Montagne Sainte à Libreville. « L’appel à la Réconciliation Nationale a eu un caractère événementiel. Aujourd’hui il faut passer à l’étape suivante…notamment la création d’un Comité National pour la Réconciliation et notre présence ici marque le début de la création de ce Comité », a-t-il lancé s’adressant à ses hôtes.

Mayila qui semble maitriser son sujet a décliné les étapes du processus. Il s’agira dans un premier temps de rendre hommage aux victimes (morts) de la dernière crise postélectorale. Ensuite la libération des prisonniers politiques et l’adoption d’ une loi d’amnistie, afin que « tous les gabonais qui sont aujourd’hui en exil, puissent revenir librement chez eux et prendre part aux débats sur la Réconciliation Nationale. »

Et pour parachever le processus de la réconciliation nationale, l’ancien ministre de l’Education nationale a suggéré que soit instituée une journée de Pardon.  « Tout le monde a offensé tout le monde dans ce pays !  Tout le monde a causé du tort à tout le monde dans ce pays ! Tout le monde a accusé tout le monde de toutes les vilenies dans ce pays. Il est temps que nous sachions nous humilier pour dire à l’autre Pardon. Demander pardon n’est pas une humiliation. Celui qui demande pardon, ce n’est pas le plus faible. Celui qui demande pardon ce n’est pas forcément celui qui a tort. »

Les leaders religieux ont salué l’initiative et le courage politique du président de l’UPNR et ont promis de relayer le massage dans leurs chapelles respectives. Ils ont exprimé également le désir de faire partie du comité national pour la réconciliation nationale, afin d’apporter leur pierre à l’édifice.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY