Home ACTUALITES Gabon : Un préfet et sa concubine interpellés pour trafic d’ivoire

Gabon : Un préfet et sa concubine interpellés pour trafic d’ivoire

SHARE

Les présumés trafiquants, Eugene Nziengui (54 ans), préfet du département de la Basse Banio (Mayumba) et sa concubine, Mariette Kogue Moukambi (42 ans), tous deux de nationalité gabonaise, ont été appréhendés le lundi 6 mai dernier par la Police judiciaire à Mouila, dans la province de la Ngounié  (Sud Gabon).

Les indélicats de nationalité gabonaise, Eugene Nziengui (54 ans), préfet du département de la Basse Banio (Mayumba) et sa concubine, Mariette Kogue Moukambi (42 ans), ont été arrêtés, le lundi 6 mai dernier, en possession de deux pointes d’ivoire dont le transport et la commercialisation sont interdits par la loi. Les éléments de la Police judiciaire, accompagnés des agents des Eaux et Forêts et de l’ONG Conservation Justice, dans la ville de Mouila, ont procédé à leur arrestation.

Selon une source proche du dossier, les faits se sont déroulés le dimanche 5 mai dernier aux environs de 7 heures du matin. «Madame Mariette Kogue Moukambi quitte Mayumba pour Mouila où elle va rencontrer un individu du nom de Mihindou, son fournisseur d’ivoire. Ce dernier va lui remettre deux (2) pointes d’ivoire moyennant une somme de 200.000 F CFA. Une fois en possession de ladite marchandise, elle va rejoindre le préfet Eugene Nziengui, qui, à bord de son véhicule de fonction, va l’embarquer avec les deux pointes d’ivoire et remonter sur Mayumba, au lieu fixé pour la transaction», a témoigné la source qui a requis l’anonymat.

L’indic poursuit en déclarant que le lundi 6 mai, en matinée, le couple s’est dirigé dans un motel de la place avec lesdits produits afin d’effectuer la transaction avec leur présumé client. Informée de ladite transaction, l’équipe va aussitôt se déployer à l’hôtel pour leur interpellation. Surpris en flagrant délit de transport et de commercialisation des pointes d’ivoire, les accusés seront de ce fait arrêtés.

Conduits au poste de police, ils reconnaîtront les chefs d’accusations et les trois individus seront placés en garde à vue dans les locaux de la Police judiciaire, avant d’être transférés à la maison d’arrêt de Mouila,  en attendant leur sort.

Avec l’AGP

LEAVE A REPLY