Home ACTUALITES L’UNESCO encourage le Gabon à l’élaboration d’un Plan sectoriel de l’éducation

L’UNESCO encourage le Gabon à l’élaboration d’un Plan sectoriel de l’éducation

115
0
SHARE

La Maison des Nations Unies a abrité le 22 mars 2017 l’audience conjointe entre les 5 ministres en charge de l’éducation au Gabon et le Représentant de l’UNESCO suite à l’invitation de Madame le Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Formation des Cadres.

Etaient également présents d’autres partenaires ayant manifesté leur intérêt pour le processus d’élaboration d’un Plan Sectoriel de l’éducation (PSE) au Gabon tels que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). L’objectif de cette réunion était la formalisation de l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre le Plan de Travail commun des Ministres devant accompagner le processus.

Le Gabon fait encore face à de nombreux défis en matière d’éducation pour atteindre l’Objectif de développement durable 4 : « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ». Bien qu’il possède le plus fort taux d’accès au système éducatif de sa sous-région, il souffre de plusieurs carences dans le domaine de l’éducation notamment l’inadéquation formation-emploi qui ne favorisent pas l’employabilité immédiate, le déficit de laboratoires ne permet pas l’enseignement des sciences dans l’ensemble des établissements, la faible maîtrise des fonctions de pilotage et de suivi, l’indisponibilité de données statistiques fiables et l’absence d’une carte scolaire, les effectifs pléthoriques, des coûts d’accès à l’éducation élevés et le sous-financement du secteur.

Le Gabon, comme les 163 autres pays présents au Forum mondial sur l’éducation de Dakar en 2000 a adhéré au mouvement de l’Education pour tous (EPT). Ce mouvement indique qu’« aucun pays disposant d’un plan crédible pour atteindre les objectifs de l’Éducation Pour Tous ne verrait ses efforts contrariés par un manque de ressources ». De par son adhésion au nouvel agenda « Education 2030 » des Nations Unies et de la vision de l’Union Africaine 2063, l’élaboration d’un Plan sectoriel de l’éducation (PSE) devient une exigence et constituerait un puissant outil de plaidoyer pour des partenariats multipartites efficaces et pour attirer plus de bailleurs de fonds.

En vue d’inciter le gouvernement gabonais à élaborer le plutôt possible son Plan sectoriel de l’éducation, le Bureau UNESCO de Libreville l’a invité à la constitution de l’équipe de réflexion mixte en janvier dernier. Celle-ci était composée des personnels techniques de l’Organisation et des 5 ministères en charge de l’éducation au Gabon. Il s’agit du Ministère de l’éducation nationale et éducation civique ; du Ministère du travail, emploi, formation technique et professionnelle et insertion des jeunes, du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation des cadres ; du Ministère du Développement social et Familial, de la prévoyance sociale et de la Solidarité nationale ; et du Ministère de l’Economie numérique, de la Communication, de la Culture et des arts (en charge du programme e-éducation).

Cette équipe a tenu des réunions hebdomadaires du 13 janvier au 08 mars 2017 dans les locaux de l’UNESCO. Les objectifs recherchés étaient: (i) formaliser l’audience conjointe des ministres en charge de l’éducation avec le représentant de l’UNESCO, (ii) valider la feuille de route de l’élaboration du Plan sectoriel de l’éducation ainsi que la matrice budgétaire produite par le consultant national, (iii) établir le calendrier des activités listées dans la feuille de route et ; (iv) proposer un plan de travail commun des Ministres en charge de l’éducation pour la mise en œuvre du projet d’élaboration du PSE au Gabon. Au terme de ces réunions, cette équipe a produit deux principaux outils devant faciliter l’élaboration de son Plan Sectoriel de l’Education au Gabon : le calendrier des activités résultant de la feuille de route et le Plan de travail commun des Ministres en vue de soutenir le processus.

Lors de son intervention circonstancielle, Monsieur Loïtéohin Félix Yé, Directeur du Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale à Yaoundé, a renouvelé les encouragements de l’Organisation à l’endroit du Gabon pour cette stratégie unique en Afrique qui part de l’engagement des Ministres en charge de l’éducation pour l’élaboration urgente de son Plan sectoriel de l’éducation. Il a étayé son propos par les exemples du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Burundi etdu Tchadqui après avoir élaboré un Plan sectoriel de l’éducation ont bénéficié d’un appui financier extérieur plus conséquent et ont vu une amélioration nette des indicateurs de leurs systèmes éducatifs respectifs notamment l’effectif des enseignants et des élèves, le ratio élève/enseignant, de même que l’équité et la qualité de l’éducation.

La partie gabonaise, représentée par Madame Denise Mekam’ne Edzidzi, Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement supérieur, et de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, n’est pas resté indifférente à cette interpellation. Elle a ainsi déclaré que « La présence à cette rencontre des Ministres en charge de l’éducation est le témoignage probant et la manifestation concrète de la volonté du gouvernement gabonais à assurer une éducation de qualité pour tous et à promouvoir l’égalité des chances (…) Le Gabon ne peut se mettre en marge de cette révolution planétaire de l’éducation ».

Après la traditionnelle cérémonie protocolaire, trois communications ont suivi. Madame Séraphine Memine Me Zue, Administrateur national du programme Education de l’UNESCO Libreville a exposé sur le Plan sectoriel de l’éducation, la proposition de dispositif organisationnel décrite par Madame Louise Marie Soumaho, Conseiller technique en charge de l’insertion et de la réinsertion et le plan de travail commun des Ministres par Monsieur Janvier Mapangou Maick, Directeur général adjoint de l’enseignement technique et professionnel.

A la fin de la rencontre, les 5 Ministres et/ou leurs représentants ont validé les outils de travail proposé par l’équipe de réflexion. Aussi, se sont-ils engagés à les faire adopter prochainement en conseil interministériel et en conseil des Ministres.

Source : UNESCO GABON

 

LEAVE A REPLY