Home ACTUALITES La pilule pour homme, c’est désormais une réalité

La pilule pour homme, c’est désormais une réalité

137
0
SHARE

Une pilule contraceptive pour homme a été mise au point par une start-up indienne, mais les grandes compagnies pharmaceutiques du monde s’opposent au lancement d’un tel produit.

Il s’agit de la première forme de contraception masculine lancée en plus d’un siècle, et étonnament, elle ne vient pas d’un grand laboratoire mondial, mais d’une petite start-up indienne. Après des années de tests et d’essais, les résultats sont tombés : cette pilule ne présenterait aucun danger pour le corps humain, serait efficace et simple à utiliser.

Une méthode efficace à 98%

Le traitement inventé par Sujoy Guha, intitulé «Risug» (pour «Reversible Inhibition of Sperm Under Guidance»), consiste à l’injection d’un gel dans les voies du scrotum où se trouvent les spermatozoïdes. Ce gel est censé les endommager, de manière à ce qu’ils ne soient plus fertiles. Le traitement peut être inversé à tout moment, grâce à une seconde piqûre prévue pour détruire le gel, et permettant aux spermatozoïdes d’accéder sans encombres au pénis.

L’Independent raconte l’histoire de Kinkar Ari, un homme de 39 ans qui souhaitait ne plus avoir d’enfant avec sa femme, Aloka. Le coût d’une opération comme la vasectomie étant trop élevé pour le couple, le fermier a décidé d’essayer l’alternative proposée par Guha. L’injection a été faite en quinze minutes sous anesthésie locale. Après une demi-heure d’observation, Kinkar Ari est rentré à pied chez lui, sans problème.

Cette méthode de contraception serait efficace à 98% : il s’agit du même taux que pour les préservatifs. La pilule pour femme, elle, serait efficace à 99,7%. «Risug» ne possède pas d’effets secondaires, selon RS Sharma, le directeur de la biologie reproductive du Conseil Indien de la Recherche Médicale. Il a également affirmé qu’environ 540 hommes ont bénéficié de ce traitement, et que treize ans après l’injection, il est toujours aussi efficace.

Une alternative qui peine à intéresser les hommes

«Risug» devrait être présenté cette année afin de devenir une méthode de contraception permanente. Cependant, le projet est peu sollicité par les fabricants de produits pharmaceutiques. Herjan Coelingh Bennink, un professeur en gynécologie explique que c’est à cause des «grosses compagnies», dont les patrons sont tous des «hommes blancs d’âge moyen». Selon lui, «si ces compagnies étaient dirigées par des femmes, ce serait totalement différent».

Beaucoup dénoncent le double stantard qui caractérise les recherches sur une «pilule pour homme» : différents traitements similaires à celui-ci avaient subi un arrêt prématuré des recherches à causes d’«effets secondaires». Une indication qui avait provoqué la rage de plusieurs femmes, qui s’indignaient de subir de nombreux effets secondaires avec la pilule qui leur est réservée.

Pour Deborah Orr, journaliste du Guardian, «une contraception masculine est tout simplement plus logique, en termes biologiques, qu’une réservée aux femmes (…). Les hommes n’ont pas de cycle de fertilité, alors que les femmes sont fertiles six jours par mois. Les femmes prennent énormément de responsabilité pour ces six jours, alors que le risque constant ne vient pas des ovaires mais des spermatozoïdes, toujours prêts». Pour l’Indepedent, «Oui, les contraceptifs ont des effets secondaires, et il est temps pour les hommes de les assumer aussi».

L’Independent rapporte des chiffres des Nations Unies, qui expliquent que 60% des femmes mariées utilisent une forme de contraception, alors que seulement 8% des hommes dans la même situation utilisent des préservatifs.

Face au désintérêt des groupes pharmaceutiques, Guha, l’inventeur de «Risug», a demandé de l’aide de la part de Parsemus Foundation, une organisation non-lucrative basée aux Etats-Unis. Parsemus travaille depuis sur sa propre version du traitement, nommée cette fois-ci «Vasalgel». Elaine Lissner, la créatrice de cette fondation, a expliqué qu’il coûterait 10 à 20 euros environ par personne dans des pays aux revenus faibles ou moyens, comme l’Inde. Pour les pays les plus aisés, le prix de cette pilule pourrait aller de 370 à 560 euros par personne.

Mais «Risug» ou «Vasalgel» ne verront pas le jour très prochainement : Parsemus cherche actuellement des fonds pour commencer ses propres essais sur les humains. Déjà experimenté sur des singes, le traitement semble marcher pour l’instant. Guha ne désespère toutefois pas de voir son projet mené à bien. «Pourquoi ce fardeau devrait-il être réservé aux femmes ?», a-t-il déclaré. «Il faut qu’il y ait un partenariat équitable».

Avec CnewsMatin

LEAVE A REPLY